Les 10 erreurs courantes en termes de SEO : check list

Quelles sont les erreurs SEO régulièrement observées au lancement d’un site web? C’est la question inspirée par Jérôme Mongeau, notre confrère, à laquelle nous allons essayer de répondre dans cet article.

1 – Intégrer des balises robots « noindex, nofollow » ou mal configurer le fichier robots.txt

La nécessité d’être visible et trouvé sur Google n’est généralement plus ignorée que ce soit par les entrepreneurs ou par les artisans du Web (designer, programmeur, ergonome, etc.). Cependant c’est une erreur que j’ai vu à de nombreuses reprises, le technicien travaille en bloquant les robots de recherche, lors de la phase béta du site web et ne débloque pas l’exploration après publication.

C’est un effet dévastateur sur vos performances numériques, votre site sera à peine visible pour votre nom de marque.

  • Prenez garde à la configuration de votre WordPress (26 % des sites web en 2017)

Noindx seo erreur wordpress

 

  • Contrôlez votre fichier robots.tx

Si votre marché n’est pas en Russie ou que certains robots vous agace, il est bien correct de leur limiter l’accès, mais on empèche pas Google de parcourir votre site web. Le fichier se situe à la racine de votre serveur et peut être visité en vous rendant sur l’url votrenomdedomaine.com/robots.txt comme ici pour LinkedIn https://www.linkedin.com/robots.txt un fichier robots.txt particulièrement intéressant pour ses mentions légales et les limitations données aux différents robots.

fichier robots txt exemple

  • Contrôlez vos balises meta

Ces balises, aidant les robots à comprendre votre contenu et les relations entre vos contenus, sont essentielles à une bonne optimisation, mais peuvent aussi, si elles sont mal configurées, se révéler catastrophique pour votre SEO.

Ainsi, on ne veut pas retrouver de balise :

<meta name="robots" content="noindex, follow">

dans la section <head> des pages que l’on veut voir indexées sur Google.

Allez sur vos pages, explorer le code en faisant clic droit « view page source », puis explorer votre page avec la fonction recherche (touches : Ctrl + F) et entrez la valeur : « noindex ». Certains plugins et outils pourront vous faire découvrir ce genre d’erreurs de façon plus aisés, META SEO Inspector v2.0.8 pour Google Chrome par exemple. Et faites supprimer ces balises.

 

view page source clic droit

2 – Mettre en place de mauvaises redirections d’URL et de nom de domaine

En 2017, l’erreur principalement observée lorsque nous avons audité des sites web, fut un mauvais code de redirection mis en place lors d’une migration en https (connexion sécurisé pour les internautes). Une erreur répétée un nombre incalculable de fois depuis que Google a sommé les webmestres de sécuriser l’accès à leurs sites Web et que les redirections n’ont pas été supervisées par un spécialiste SEO. Si fréquente (cette erreur), Google a probablement révisé, du moins communiqué sur la façon dont son algorithme considère parfois les codes de redirection, ici en aout 2016.

Néanmoins, on ne fait jamais confiance absolue au moteur de recherche (règle de base en SEO : on lui dit quoi interpréter, on ne le laisse pas interpréter) et on continuera d’utiliser des redirections 301 (permanentes) et non 302 (temporaires) ou autres lors d’une migration en https. Le plugin Redirect path pour Chrome vous aidera à checker l’état de vos redirections, SEO Frog dans sa version gratuite permettra un contrôle complet du site du point de vue SEO et notamment des redirections pour des sites de moins de 500 pages.

3 – Trop d’accent sur la page d’accueil

Bien que ça soit la page la plus puissante de votre site web pour le SEO du point de vue de sont autorité, on observe généralement une mauvaise conception tant du point de vue ergonomique, graphique que SEO de cette page d’introduction. On y met souvent toute son énergie et on oublie trop souvent qui va visiter cette page.

En d’autres termes, sauf si votre site web est un one-pager (ce qui n’est pas optimal pour votre SEO, quoi qu’il advienne), il est important de songer aux profils des personnes qui vont visiter votre home page :

  • Les personnes connaissant votre marque
  • Les personnes venant des liens vers votre site (réseaux sociaux, site référents)
  • Les personnes entrant des requêtes dans Google pour lesquelles votre page se positionne

Ce dernier point peu sembler flou, il est essentiel. Si j’offre plusieurs services ou produits, des pages vont être dédiées à ses services et produits. Quoi de plus performant qu’une page dédiée à un service pour répondre à la requête d’un utilisateur, plutôt qu’une page d’accueil où je montrerais : un peu de mon savoir-faire, un peu de mon histoire, un peu de mes nouvelles, un peu des mes services pour correspondre et plaire à un ensemble éclectique des personnes visitant mon accueil.

Dans ce cadre trop généraliste, la page d’accueil n’est souvent pas la plus pertinente pour le positionnement sur le moteur de recherche pour des mots-clés non reliés à la marque.

Ainsi, on oubliera pas de penser et dépenser son budget (SEO, design, ergonomie) pour ses pages portfolio, produits, services et contenus adaptés pour votre clientèle, dans le cadre de votre offre et des mots-clés qui lui sont relatifs (voir point 5).

4 – Pas assez d’accent sur la page d’accueil

C’est une autre erreur et c’est principalement en regardant cette page que l’on peut estimer, en quelques secondes, les efforts d’une entreprise en termes d’optimisation pour le moteur de recherche.

Quand une page d’accueil s’appelle : nom de marque – accueil ou pire, simplement homepage, on sait qu’aucun effort n’a été produit.

Votre nom de marque, votre expertise générale, votre localisation si cela est pertinent, ou encore votre devise doivent être présent pour mettre en lumière votre espace d’accueil. Vous pourriez être positionné et indexé pour des mots-clés offrant un excellent ROI (retour sur investissement) si votre site est encore à ce niveau de non optimisation.

Ainsi, vérifiez votre balise title et ce qu’exprime votre page d’accueil pour ne pas produire l’erreur présentée. Soit avec SEO Frog, soit avec votre plug-in d’inspection des métadonnées cité ci-dessus (points 1 et 2). Attention, pas plus de 70 caractères pour cette balise capitale.

5 – Mettre l’accent sur de mauvais mots-clés

Quels sont les mots et expressions utilisés par les internautes pour chercher vos produits ou services sur Google? Il est particulièrement courant de voir des pages dont le contenu décrit la façon dont l’entreprise appelle son produit ou parle de son produit plutôt que la manière dont les internautes expriment leur besoin pour ce produit.

Alors qu’il peut y avoir des nécessités en termes d’image de marque, de charte graphique ou de marketing, il est nécessaire de comprendre comment les internautes (votre cible) s’expriment. En suivant, il est nécessaire d’intégrer ces expressions dans vos balises principales et vos contenus (voir point 6).

Pour découvrir comment s’expriment les internautes, utilisez des outils comme Adwords Keywords Planner, Ahref, MOZ Keywords explorer, Google Trends ou encore profitez des indices que vous laisse Google avec l’autocomplétion ou les recherches associées (voir images ci-dessous, nous livrant les expressions clés pour le mot « mot-clé », Google, longue traine, générateur, définition, référencement. Mots qui feront partie de notre champ lexical lors de la rédaction d’une page sur le sujet).

 

 

mot clé recherches relatives Google

6 – Ne pas travailler la qualité de ses textes

C’est parfois le parent pauvre de certains projets Web,  le texte est pourtant ce que comprend le mieux Google. Sans texte ou avec un texte de faible qualité et quantité Google sera incapable de référer votre contenu pour des mots-clés pertinents, voire lucratifs.

On notera que depuis Google Panda (2011), un filtre algorithmique, maintenant parfaitement intégré au système Google, le mauvais contenu est lourdement sanctionné.

On veillera à apporter une réponse enrichie, unique, lisible, bien structurée et optimisée pour des mots-clés pertinents, le tout avec une grammaire impécable.

Ainsi travaillez vos textes, faites-les réviser pour le SEO en intégrant les bons mots-clés (point 5) aux bons endroits (balise Title, balise metadescription, H1, H2, paragraphes, mise en exergue, puces, navigations, liens internes, etc. voir avec votre webmestre) sans que cela ne pénalise la lecture et l’expérience des internautes.

7 – Dupliquer son propre contenu

La duplication de contenu est une erreur courante, notamment pour les e-commerçants. Un contenu dupliqué sera déclassifié dans les résultats de recherche. Déjà présent sur une autre page web, Google ne cherchera pas à indexer cette duplication ou dévaluera sa valeur dans les résutalts de recherche.

Il est nécessaire pour tous les e-commerçants se positionnant sur des places de marché (Amazon, Ebay, Etsy ou autre) de différencier les descriptions de leurs produits sur ces plateformes de celles de leur site web.

Une fois encore on ne fera pas confiance à Google pour déterminer quel est le contenu premier. Celui qui a été publié avant. On préfèrera valoriser le contenu présent sur notre site web en utilisant une description et une fiche de produit uniques se démarquant des fiches conçues pour les places de marché.

Idéalement à chaque présence de votre produit sur le web (boutique en ligne, Amazon, Ebay), on allouera une fiche de produit unique et spécifique pour multiplier les chances d’acquisitions de clients, ceci diminuant la duplication de contenu.

8 – Ne pas travailler ses relations numériques

Autre fois appeler backlinking, les relations numériques optimisées pour le SEO, soit la création de liens vers votre site web sont une condition sine qua non d’un bon positionnement sur Google.

Ainsi démarrer un projet web, une entreprise, une affaire, dans le cadre d’un marché de la recherche Google devenu très compétitif nécessite plus que jamais de savoir-faire, bien sûr, mais aussi de faire-savoir. Et de faire-savoir sur le Web.

Comment acquérir citation, références, liens et mentions ? Doit être une question centrale de votre stratégie Web. Sans acquisition de liens, surtout si vous démarrez, c’est-à-dire que votre site ne dispose pas de rétro-liens (backlinks, hyperliens amenant à votre site Web), il ne peut y avoir de performances et visibilité sur le moteur de recherche.

Mettre en place un plan d’acquisition de liens. En d’autres termes travailler vos relations numériques et vos contenus pour acquérir des liens. L’assistance d’un spécialiste SEO peut être nécessaire pour penser et mettre en place ce plan, certaines stratégies de créations de liens étant pénalisées par Google. Un travail qui nécessitera : relations publiques, techniciens SEO, créateurs de contenu (tout type de contenu Web : vidéo, infographie, texte, application, micro-site etc.).

Pour vérifier l’état de votre profil de backlinks utilisez MOZ, Ahrefs.

 9 – Ne pas hierarchiser l’information

La hierarchisation de l’information est un élément clé du SEO. Que ce soit pour vos pages ou pour l’architecture de votre site, bien penser la hiérarchie aidera votre SEO sans que vous vous en rendiez compte.

Les erreurs à ne pas commettre sont en autres, de ne pas utiliser les balises Titres pour structurer vos pages (Balises h2, h3, h4…) et  de ne pas intégrer des sous-titres significatifs favorisant tant la lecture de vos utilisateurs que la compréhension de votre contenu pour le moteur de recherche. Pour WordPress les balises de hiérarchie sont disponibles dans l’onglet d’édition comme dans la plupart des gestionnaires de contenu. Sans quoi parlez-en à votre webmestre.

En d’autres termes utilisez des balises titres pour créer des sous parties dans vos pages et guidez le moteur de recherche ainsi que vos utilisateurs.

h2 h3 sous titre sous wordpress

Une autre erreur est de ne pas hierarchiser l’information dans votre navigation.

Réfléchissez à l’organisation et la hiérarchie de votre contenu, créez un fil d’Ariane, ne mettez pas l’ensemble de vos pages au même niveau (un dégré de séparation de la page d’accueil) et ne faites pas en sorte non plus qu’un utilisateur ait plus de 3 clics à fournir pour trouver une information (plus de 3 degrés de séparation de la page d’accueil).

10 – L’optimisation régionale et langagière

J’aurais pu trouver un autre type d’erreur dépendemment de la complexité du site et du projet. Par exemple, oublier d’optimiser Google Analytics pour les conversions (11), ne pas porter attention à la vitesse de chargement et l’efficacité de son serveur (12) ou encore ne pas analyser le comportement des robots de recherche via l’analyse de logs pour les comptes majeurs (13) sont des erreurs tout aussi impardonnables que les dix erreurs dénoncées plus haut.

Mais pour un public canadien, il est une erreur trop souvent vu et revu que j’aimerai traiter. Il s’agit de l’absence d’optimisation pour la francophonie et/ou l’anglophonie, voire pour les États-Unis. Alors que nos entreprises font souvent affaires avec la Nouvelle-Angleterre et New-York et plus loin le reste des États-Unis.

Ainsi, il est nécessaire de structurer son contenu pour répondre aux différents publics et de prendre certaines mesures:

  • Structurez vos URLS pour intégrer des sous dossiers /en-ca /fr-ca /en-us
  • Créez des contenus spécifiques pour les différentes régions (adresses, devises, numéro de téléphones, facilités d’accès de livraison, etc. on doit s’occuper du public cible)
  • Balisez vos pages avec les balises rel alternate hrefs lang. Parlez-en à votre webmestre ou votre équipe de développement.
  • Intégrez un Search Console pour chaque sous-dossier régional et mettez en place le cliblage qui y a trait.
  • Créez des liens, du bruit et de l’activité numérique dans les régions ciblées (voir point 8)

Erreurs spécifiques et techniques ou erreurs d’approche et de stratégie, cette sélection n’est pas exhaustive mais aidera je l’espère certains d’entre vous. N’hésitez pas à laisser en commentaires les erreurs que vous avez pu découvrir soit personnellement en tant qu’entrepreneur soit en tant que travailleur du Web afin de compléter cette check list.

0
Partages
Vincent Drouin
 

Dans le marketing web depuis 2008 au sortir de mes études de sociologie, si le coeur de ma spécialisation est le SEO, j'aime les approches transversales orientées vers l'acquisition de trafic qualifié et la conversion. Mes péchés minions: Les 33 tours, le web, l'histoire des langues et des peuples.